Archives pour la catégorie analyse

Madame Irma, les oracles et les instituts de sondage

Madame Irma
Madame Irma

Ce pourrait être le titre d’une fable. En tout cas, cela décrit bien ce qui s’est passé à l’occasion des dernières élections européennes.

Les instituts de sondage prédisaient un fort taux d’abstention, une percée de Bellamy et Philippot à 2-3%.

Au final, la participation fut en forte hausse, les Republicains se sont ratatinés et Philippot peut aller se rhabiller.

Comment expliquer ce décalage entre les prévisions et la réalité ? On peut envisager plusieurs hypothèses :

  • Une incompétence des instituts de sondage français
  • Une absence de pertinence des sondages politiques de manière absolue
  • Une malhonnêteté intellectuelle des instituts français

A l’appui de la troisième hypothèse, on s’étonnera par exemple du fait que la liste UPR de François Asselineau « Ensemble pour le Frexit » n’était bien souvent tout simplement pas proposée aux répondants, alors que cette liste a finalement recueilli plus du double de voix que Philippot.

Quoi qu’il en soit, ce décalage est source d’optimisme. On entend souvent que les instituts de sondage feraient l’opinion. En l’occurrence, les électeurs français ne s’en sont pas laissés conter, et ont voté comme ils en ont eu envie.

Fermeture de magasins Auchan : les gilets jaunes, coupables tout trouvés

Logo Auchan
Logo Auchan

Le Figaro et l’AFP nous annoncent qu’Auchan va procéder à la fermeture de 21 magasins en France. Le groupe aurait « durement subi la crise des gilets jaunes ».

Traduction : les gilets jaunes sont responsables de la fermeture de ces sites et de la menace planant sur 723 emplois.

Peu importe, comme le dit pourtant l’article, qu’Auchan ait perdu un milliard d’euros en 2018, alors que le mouvement des gilets jaunes n’a démarré qu’en novembre. Les « années d’errances stratégiques » pointées par la CFDT ? Un détail sans doute.

Non, les responsables, ce sont forcément les gilets jaunes.

C’est tellement pratique d’avoir des boucs émissaires.

Mon avis sur le documentaire d’Arte « Le monde selon Xi Jinping »

Le monde selon Xi Jinping
Le monde selon Xi Jinping

Arte a diffusé la semaine dernière un documentaire au contenu très riche sur la transformation de la Chine sous l’égide de Xi Jinping.

Ce documentaire, disponible sur le site d’Arte jusqu’au 15 février 2019, est une vulgarisation de la mutation engagée par la Chine depuis l’accession au pouvoir du président Xi en 2012. Son grand mérite est de fournir des informations au grand public sur quantité de sujets : histoire personnelle de Xi Jinping, réforme constitutionnelle chinoise, politique de lutte contre la corruption, contrôle de l’information et des médias sociaux, approche de la diplomatie et de la géopolitique, développement de l’armée, etc.

Son grand défaut est qu’il est un documentaire à charge contre Xi Jinping, qui place d’emblée la Chine du côté des adversaires menaçants. Il commence par une psychanalyse sauvage de Xi, tentant d’expliquer son orthodoxie communiste par un traumatisme qu’il aurait vécu pendant son enfance et par le rude traitement qu’il a subi au moment de la Révolution culturelle. Fond sonore effrayant à l’appui, Xi Jinping est presque décrit comme un malade, se voulant plus communiste que Mao pour expier une faute familiale originelle.

Ce genre d’analyse psychologisante à distance est hautement critiquable. J’ai d’ailleurs failli arrêter de visionner le documentaire après les 15 premières minutes tant cet angle m’énervait…

Heureusement, le reste du documentaire s’est avéré plus intéressant, même si toujours orienté de manière critique contre la Chine. Il décrit bien, par exemple, la stratégie d’influence chinoise par le commerce au travers des « nouvelles routes de la soie » voulues par Xi Jinping. Surtout, il met l’accent sur la grande force de la Chine : la vision à long terme de ses dirigeants. Un symbole : le Parti Communiste Chinois (le PCC) a les yeux rivés vers 2049, qui doit correspondre au centenaire de la création de la République Populaire de Chine. L’objectif fixé au pays est clair : à cette date, il doit être la première puissance économique mondiale.

Le documentaire laisse entendre qu’au-delà de l’économie, c’est une hégémonie globale que vise la Chine. Le PCC voudrait imposer son modèle social et politique au reste du monde. En cela, il prend le contrepied total des déclarations de Xi qui a, à de maintes occasions, affirmé que la Chine ne s’immiscerait jamais dans l’organisation interne des autres pays, et qu’elle ne recherchait pas à dominer le monde.

Cela paraît difficile à croire pour les Occidentaux qui ont historiquement recherché à imposer leur modèle aux autres pays. La Chine super-puissance sera-t-elle capable de résister à cette tentation ?

Une chose est sûre, en tout cas. Le documentaire diffusé sur Arte s’inscrit dans une logique de lutte entre blocs, voire de lutte entre les civilisations. Dans le film, la Chine n’est pas considérée comme un partenaire avec lequel il serait souhaitable de construire des coopérations, mais comme un rival qu’il convient de contenir. Qui plus est, la tonalité d’ensemble du film est défaitiste. Le match paraît plié.

On ne peut que regretter cette approche mettant l’accent sur les antagonismes entre les pays, négative et souvent caricaturale. Le monde selon Xi Jinping est donc un documentaire riche et instructif, mais à prendre avec des pincettes.

Un État faible

Le mouvement des gilets jaunes est éminemment sympathique. Il vient rappeler à Emmanuel Macron qu’un Président de la République, en France, est le président de tous les Français : les riches, les pauvres, les ruraux, les urbains, les diplômés, ceux qui n’ont pas de qualification… Le président doit parler à tous ces gens ; servir la France passe par le service de cette diversité.

Toutefois, le mouvement des gilets jaunes est aussi symptomatique de la déliquescence de l’Etat. Pourquoi avoir autorisé ce que Castaner a appelé à juste titre des attroupements ? Les manifestations, en France, doivent être déclarées en préfecture. Comment avoir laissé prospérer une population de barbares en marge de la République ? Car c’est bien de cela qu’il s’agit avec les casseurs.

Le problème originel est qu’Emmanuel Macron a été mal élu. Son accession au pouvoir a été le fruit de circonstances au mieux fortuites, au pire savamment orchestrées : l’empêchement de François Fillon, la qualification de Marine le Pen au deuxième tour. Macron n’a jamais rassemblé sur son nom, mais toujours contre : contre les vieux de la politique qu’il convenait de « dégager » ; contre le péril de l’extrême-droite, qu’il fallait contenir.

En politique, chez nous, la puissance puise in fine sa source dans la légitimité démocratique. Dans le cas de Macron et de son gouvernement, celle-ci est très faible. Tout juste disposent-ils d’une légitimité légale. Dans ces conditions, sur fond de défiance et de mécontentement de la population, il était extrêmement difficile d’interdire le mouvement des gilets jaunes. Cela aurait ressemblé à un étouffement de plus de l’expression du peuple.

On voit mal comment sortir de cette situation sans le retour aux urnes. Mais comme tout ce que propose le gouvernement est un « dispositif de concertation nationale », alors que ce qu’il faudrait, c’est un référendum, nous allons rester dans ce malaise jusqu’aux élections européennes… qui ne manqueront pas de prendre l’aspect d’un vote sanction contre Macron.

Glissements de terrain

« It’s the economy, stupid! » lançait jadis un Bill Clinton inspiré en campagne contre George Bush.

En effet, on pourrait penser qu’en période de crise, tout gouvernement accorderait la primauté à l’amélioration de la situation économique.

Naïvement, on pourrait même s’attendre à ce qu’un Président issu de la gauche se concentre en priorité sur le sort des classes populaires et des classes moyennes.

Mais en France, où le taux de chômage flirte avec les 10% et où les inégalités ne cessent de s’amplifier, rien de tout cela. La priorité est donnée à la « transition écologique », prétexte à un alourdissement de la pression fiscale sur les moins favorisés.

C’est que la gauche, en France, est adepte des glissements de terrain.

La gauche façon Hollande a laissé tomber les classes populaires et moyennes pour faire du sociétal.

Faute de pouvoir améliorer la situation sur le terrain économique, la « gauche » mode Macron utilise un autre écran de fumée : l’écologie.

Tout ceci trompe de moins en moins de monde. Rien d’étonnant dès lors que les Français ne se laissent pas berner par le dernier discours présidentiel.

L’arrivée d’Emmanuel Macron a constitué un tremblement de terre politique. Il pourrait bien être renversé par un tsunami populaire.

5 millions de « millionnaires » en France. Et alors ?

Selon une étude du Crédit Suisse, il y aurait en France 2,147 millions de ménages possédant un patrimoine dépassant un million de dollars.

Compte tenu du fait que la taille moyenne d’un ménage s’établit aujourd’hui autour de 2,2 personnes, on peut estimer, toutes choses étant égales par ailleurs, que 4,8 millions de personnes vivent en France dans des foyers millionnaires.

Vu qu’au 1er janvier 2018, la population française se montait à près de 68 millions d’habitants, cela veut dire que 7% des habitants en France vivent dans des foyers millionnaires.

Toutefois, la richesse de ces habitants doit être relativisée par le fait qu’elle s’explique probablement en bonne partie par la flambée de l’immobilier, ces dernières années. L’entrée dans le club des millionnaires s’explique, pour nombre de ses nouveaux membres, par l’appréciation de leur patrimoine immobilier. Elle n’est donc pas le signe d’une amélioration substantielle de leur qualité de vie.

Cet « enrichissement » n’apporte rien non plus à l’économie : il n’est ni créateur d’emplois, ni créateur d’activité.

Cette statistique du Crédit Suisse n’est donc pas tellement significative. Elle marque les esprits, mais sur un plan purement symbolique.

Allô, Jupiter ? Ici, la Terre !

jupiter-macron
jupiter-macron

Dans l’article du jour
« Forces et faiblesses du leadership d’Emmanuel Macron » ,
écrit :

« Le retour d’une présidence «jupitérienne» s’accompagne dans l’opinion d’un sentiment d’inquiétude, d’éloignement et de distance »

Il rappelle qu’Emmanuel Macron aimait, au cours de la campagne, à faire référence au style présidentiel du Général de Gaulle ou de François Mitterrand.

Dès les premiers jours de sa présidence, Emmanuel Macron s’est en effet attaché à renouer avec la pompe et un certain style monarchique.

Le problème, c’est que, dans le même temps, on n’a pas le sentiment qu’il soit le président de tous les Français.

Déjà, il a été élu davantage par défaut que par adhésion, face à Marine Le Pen.

Ensuite, il ne cesse lui-même de classer les Français en deux catégories : ceux qui réussissent et ceux qui ne sont rien.

Il n’y a guère que sa langue qui soit inclusive envers « celles et ceux » qui l’écoutent.

Avec Emmanuel Macron, on a donc la distance, la majesté, une certaine forme d’autorité, mais sans le rassemblement, la protection, la prise en compte de tous les Français.

Comment s’étonner, dès lors, que sa popularité soit en berne, six mois après son élection ?

« Allô, Jupiter ? On a un problème. »