Archives pour la catégorie économie

Toujours plus de social : faux-nez du libéralisme le plus cruel ?

vintage poster poor relation

A partir du 1er janvier 2016, toutes les entreprises devront proposer à leurs salariés une complémentaire santé collective, dès le 1er salarié. C’est l’ANI (Accord National Interprofessionnel). Formidable pour les salariés, à première vue. Mais ça l’est moins pour les chefs d’entreprise.

Les chefs d’entreprise y réfléchissent déjà à deux fois avant d’embaucher. Grevé par les charges, le coût d’un salarié peut rapidement s’avérer exorbitant pour une TPE, alors même que le salaire disponible pour le salarié reste faible. Qui plus est, il est difficile de licencier, et l’embauche d’un premier salarié en CDI est plus qu’une prise de risque, une gageure.

Et voici maintenant, avec l’ANI, que va s’ajouter une nouvelle contrainte administrative et financière. Où est le choc de simplification promis par le Président de la République ?

Cette mesure vient bien plutôt compléter l’arsenal de dissuasion législatif contre l’emploi. En tant qu’entrepreneur, elle constitue pour moi un frein supplémentaire à l’embauche. Elle me donne une raison supplémentaire de faire appel à des prestataires, indépendants, freelances et auto-entrepreneurs, beaucoup plus souples.

Alors, le toujours mieux-disant social est-il une si bonne nouvelle pour les salariés ? Il conduit plutôt les petits patrons à trouver des solutions alternatives à l’embauche. Ils sont amenés à travailler avec une myriade de travailleurs indépendants précaires, eux-mêmes lourdement pénalisés par les charges sociales du RSI. Et quand ils embauchent, ils préfèrent évidemment les contrats CDD.

A vouloir ainsi imposer toujours plus de social, le gouvernement ne fait donc qu’encourager toujours plus de précarité, chez les petits patrons, les salariés en CDD, les travailleurs indépendants.

Ces derniers se retrouvent acculés à accepter des conditions de travail déplorables (salaires de misère, bradage de leur savoir-faire pour décrocher des missions). Autrement dit, ils « vendent » leur force de travail à vil prix, s’ils ne veulent pas se retrouver au chômage, ou vivre au crochet de l’aide sociale.

Est-ce vraiment un idéal de société ?

 

L’Assurance maladie, ce sont 70 000 emplois en France !

Assurance maladie : 70 000 emplois
Assurance maladie : 70 000 emplois (CC) Gláucia Góes

Près de 70 000 personnes travaillent dans les caisses d’assurance-maladie en France. Le gouvernement prévoit de supprimer 4 500 emplois d’ici la fin du quinquennat de François Hollande, par le non-remplacement d’un départ à la retraite sur deux. L’objectif est de tenir une réduction des coûts de gestion de 3% d’ici à 2017.

Toujours d’ici 2017, le tiers-payant généralisé devrait être mis en place. Pour rappel, ce dispositif dispensera les assurés de l’avance des fonds lorsqu’ils vont chez le médecin. Ce changement permettra-t-il de réduire les coûts de gestion de l’assurance maladie en général, et donc le coût de la santé publique ? Dans ce cas, il serait en cohérence avec la réduction des effectifs. Au contraire, va-t-il entraîner une augmentation des frais de remboursements, les malades hésitant moins à aller chez le médecin, au moindre rhume ?

Qu’en pensez-vous ?

Des tickets de rationnement chinois datés…1985

La capitale chinoise compte bon nombre de restaurants de très bonne qualité. L’abondance et la variété des plats donne le tournis au visiteur occidental (à moins que ce ne soit le vin chinois, 白酒, báijiǔ). Maniant l’art du paradoxe, l’un de ces établissements a choisi d’exposer dans une vitrine, parmi d’autres curiosités, ces anciens tickets de rationnement.

Tickets de rationnement - Chine 1985
Tickets de rationnement – Chine 1985

A partir des années 50, la Chine a mis en place le rationnement de certains biens. Comme l’explique Lin Siren, un retraité chinois qui a accumulé une impressionnante collection de ces tickets :

« Les produits de première nécessité étaient tous fournis en quantités limitées aux habitants, notamment les aliments, comme le glutamate de sodium, les oignons, le gingembre, etc. Même le linge, les parapluies ou le dentifrice étaient fournis selon cette règle. A Shanghai, on a ainsi émis des tickets pour le papier hygiénique ou les mouchoirs. »

Or, les tickets que j’ai pu voir exposés dans un restaurant datent de … 1985 ! Cette date, finalement assez récente, donne une illustration frappante du chemin parcouru par l’économie chinoise en moins d’un demi-siècle.

Pour aller plus loin : voir d’autres photos de tickets de rationnement chinois

Pote-emploi, le site qui veut donner du réseau à ceux qui n’en ont pas.

Pote-emploi
Pote-emploi

Un site sera lancé prochainement pour permettre à des jeunes désireux de se lancer sur le marché du travail, mais dénué de réseau personnel, de se connecter avec des volontaires mieux introduits, notamment parmi les étudiants et diplômés de grandes écoles. Ce site, c’est Pote-emploi.
Une bonne initiative qui favorisera la mixité sociale et dont tout le monde profitera. Car en créant des connexions inattendues, c’est l’ensemble du cerveau collectif du corps social qui progresse.

Contre le déclin, on n’a pas tout essayé !

Reprendre - Ni sang ni detteLe présent billet est une reprise de mon commentaire publié sur Amazon.fr à propos du récent ouvrage de Jean-Michel Truong, Reprendre – Ni sang ni dette
(Le No Man’s Land, mai 2013).

Dekoismelltill ? Un auteur de romans a t-il le droit d’écrire un essai économique ? A t-on le droit de penser et de partager ses propositions en dehors des « milieux autorisés » si bien moqués par Coluche ? Jean-Michel Truong apporte une réponse décapante à ces questions. Son essai est d’abord celui d’un amoureux de la France, qui a mal quand il la voit décliner. Et ce déclin, malheureusement, il le perçoit avec une grande acuité dans ses échanges avec ses partenaires internationaux, lui qui a vécu une vingtaine d’années en Chine. Mais il ne se résout pas au défaitisme et, fort de la puissance d’imagination du romancier, il ose proposer une idée originale pour sortir de la crise : remplacer l’ensemble des aides aux entreprises par un système de dot attribuée à chaque citoyen et associé à un système de droit de tirage sous forme de crédits pour les entreprises.
Cette idée originale est étayée par une argumentation solide et une documentation qui ne l’est pas moins. Les notes de bas de page sont une mine d’informations : des statistiques, mais aussi des références à d’autres oeuvres et des citations viennent conforter le raisonnement (on remarquera par exemple la citation sidérante tirée de La Guerre hors limites de Qiao Liang et Wang Xiangsui, au chapitre 7). Le tout est rédigé avec un style enlevé, à la fois simple, drôle, littéraire sans être pédant, et varié.
Bref, une livre réjouissant et stimulant, que nos politiques auraient grand profit à lire !

Balayer devant sa porte

Alors que la France n’entrevoit pas de solution à la grave crise économique qu’il traverse, le parti majoritaire choisit de sonner la charge contre l’Allemagne.

Mais avant de chercher des poux à notre premier partenaire économique, il vaudrait mieux s’interroger sur les raisons du déclin français.

Certes, il est plus facile de critiquer son voisin que de chercher à s’amender soi-même. Mais les Français ne sont pas dupes : à peine 1 sur 10 estime que la politique économique actuelle est de nature à résoudre nos problèmes.

Alors, à quand un vrai changement ?