Archives pour la catégorie perso

Faire du sport quand on est malade ?

Atchoum !
Creative commons : Jeff_Werner

 

 

Boum, ça y est ! Avec l’arrivée de l’automne, je suis bon pour une laryngite et pour les antibios qui vont avec. Vais-je interrompre ma pratique de la course à pied, le temps de guérir ?

Je cours depuis des années, mais je me suis mis aux entraînements réguliers relativement récemment (il y a quelques mois). Cela me fait beaucoup de bien, donc cela m’embête d’arrêter, même pour une courte période.

Lorsque j’étais enfant, je faisais souvent des laryngotrachéites et autres bronchites. A l’époque, le médecin m’avait dispensé de sport. Mais avec les années, j’ai regretté de ne pas avoir fait davantage de sport quand j’étais plus jeune.

Du coup, j’ai fait des recherches, et je les partage avec vous, cela pourra peut-être vous être utile à l’occasion :

« • Si vos symptômes se manifestent dans la région au-dessus de votre cou, c’est-à-dire que votre nez coule, que vous éternuez ou avez mal à la gorge, vous pouvez faire de l’exercice mais abstenez-vous d’aller au [sic] gym afin d’éviter d’infecter les autres.
• Si vos symptômes se manifestent dans la région en bas de votre cou, soit sous forme de congestion de la poitrine, toux sèche, douleurs musculaires et aux membres, ou dérangements d’estomac, évitez de vous entraîner tant que vos symptômes persistent. »

Source : nos amis québecois de Plaisirsante.ca.

Et une autre règle très importante, toujours en provenance de la belle province : vous devez vous abstenir de faire de l’exercice si vous avez de la fièvre.

Du coup, je me contenterai d’un peu d’assouplissements en attendant d’aller mieux !

 

Est-il raisonnable de faire confiance aux déclarations d’une entreprise pour protéger notre vie privée ?

Données personnelles et entreprises
License Attribution Share Alike by planeta

La question posée par Numerama à l’occasion de la sortie de l’iPhone 5s à lecteur d’empreinte digitale mérite qu’on s’y arrête.

Apple jure ses grands dieux que les données biométriques restent stockées dans le téléphone et ne sont jamais communiquées vers l’extérieur.

Certes, mais pour les consommateurs, la technologie du téléphone mobile reste une boîte noire : comment savoir ce qui s’y passe réellement ?

Quant à la crédibilité des géants américains du high-tech (Apple, Microsoft, Google, Facebook), le moins que l’on puisse dire, c’est qu’elle en a pris un coup depuis l’affaire Prism.

  • Alors, quand une société de location de bureaux me demande mon empreinte pour que je puisse accéder au bureau 24/24, en m’assurant que ces données ne sont communiquées à personne, je décline la proposition.
  • Quand Twitter me propose de partager mon carnet d’adresses pour qu’ils regardent si j’ai des amis Twittos, en me promettant qu’ils jettent juste un coup d’oeil puis qu’ils oublient tout, je me méfie.
  • Quand Apple me dit que mes données biométriques resteront stockées dans le téléphone, désolé, je n’ai pas confiance.

Autrement dit, je suis d’accord avec Johannes Caspar, patron de la CNIL allemande, cité par Numerama : « Fournir une spécificité biométrique non-modifiable pour aucune autre raison que parce qu’elle apporte ‘un peu de confort’ dans l’utilisation quotidienne, est et de stupide« 

Dopé aux corticoïdes

Notice du médoc : « attention, ce produit peut produire un signalement positif en cas de contrôle anti-dopage. »

Tu m’étonnnes ! Deux jours que j’en prends pour un traitement d’attaque de ma rhinite allergique et mon sommeil a été considérablement réduit sans sensation de fatigue.

Idéal en période de bouclage d’un manuscrit. 

Mettre Sandoz dans les remerciements ?

Dream Factor

Imaginez… Vous êtes psychiatre, spécialiste international, incontesté, de l’interprétation des rêves. Votre carrière fait des envieux. Votre cabinet ne désemplit pas et vous êtes invité(e) sur les plateaux de télévision chaque semaine.  Les patients et les médias s’arrachent votre expérience. Et puis, soudain, un lourd secret risque d’être révélé. Car vous, de quoi rêvez-vous ? C’est la terrible et drolatique histoire du docteur Fabrice Zimmer.

Pour connaître la suite, je vous invite à découvrir ma nouvelle « Dream Factor » dans le recueil Histoires à lire dans une salle d’embarquement – 10 nouvelles, 10 auteurs – Pause-nouvelle t7 Faites de beaux rêves…