Archives pour la catégorie réflexion

Sai weng shi ma – Bonheur et malheur cachés

塞翁失马 - Sai weng shi ma
塞翁失马 – Sai weng shi ma

« Sai weng shi ma » (塞翁失马) est une expression du langage courant que tous les Chinois connaissent. Littéralement, elle se traduit par « Le vieux Sai perd son cheval ».  Elle est tirée d’une célèbre légende chinoise, dont vous trouverez une transcription ci-dessous.

Il y avait un vieil homme, à l’époque des Royaumes combattants, que l’on appelait le vieil homme de la frontière. Il élevait beaucoup de chevaux. Un jour, l’un d’entre eux s’enfuit du groupe. Lorsqu’ils l’apprirent, les voisins du vieil homme vinrent le réconforter, en disant qu’il était un homme d’un age vénérable et qu’il ne devait pas miner sa santé en se faisant du souci à cause de la perte d’un cheval. Ce à quoi le vieil homme de la frontière répondit, avec un sourire ingénieux : « ce n’est pas une lourde perte. Qui sait ? C’est peut-être même une bénédiction cachée… »

Les villageois se sont un peu moqués lorsqu’ils ont entendu ces paroles. La perte d’un cheval ne pouvait vraiment pas être considérée comme une bonne chose. Ces propos ne pouvaient être qu’une façon pour le vieil homme de se consoler. Et pourtant… Quelques jours plus tard, le cheval fugitif revint. Et il ne revint pas seul, mais accompagné d’un autre magnifique cheval.
Quand ils apprirent que le cheval perdu était revenu, les voisins furent très surpris de la brillante clairvoyance du vieil homme. Ils le félicitèrent, en disant que la perte du cheval était bien une bénédiction cachée, qui s’était avérée très fructueuse. Mais le vieil homme avait l’air anxieux et il dit : « gagner un beau cheval sans travailler pourrait m’apporter bien des malheurs. » Les voisins se dirent qu’il se mentait à lui-même. Sûrement, il était heureux d’avoir gagné un autre cheval, et il ne voulait pas le montrer pour paraître modeste.

Il se trouve que le vieillard avait un fils unique, grand amateur de promenades en cheval. Ce garçon avait pris l’habitude de monter le nouveau cheval, avec un grand plaisir, car c’était vraiment une excellente monture. Malheureusement, un jour, il fit une chute et se cassa une jambe. Les villageois vinrent encore une fois dans la maison du vieux monsieur pour le consoler. Mais le vieil homme se contenta de dire : « peut-être que c’est une bénédiction cachée. » Les voisins se dirent encore une fois que ce n’étaient que les divagations d’un vieil homme. Clairement, une jambe cassée ne pouvait nullement être une bénédiction.

Tout ceci s’est passé peu de temps avant que les tribus du Nord ne lancent leur grande invasion sur les régions frontalières. Beaucoup de jeunes gens furent enrôlés dans l’armée, mais pas le fils du vieil homme de la frontière, parce qu’il était handicapé. Beaucoup des jeunes soldats moururent, seul le fils du vieil homme survécut.

Moralité : un coup de chance peut se révéler après coup un malheur, et un malheur peut finalement apporter de bonnes choses.

Est-il raisonnable de faire confiance aux déclarations d’une entreprise pour protéger notre vie privée ?

Données personnelles et entreprises
License Attribution Share Alike by planeta

La question posée par Numerama à l’occasion de la sortie de l’iPhone 5s à lecteur d’empreinte digitale mérite qu’on s’y arrête.

Apple jure ses grands dieux que les données biométriques restent stockées dans le téléphone et ne sont jamais communiquées vers l’extérieur.

Certes, mais pour les consommateurs, la technologie du téléphone mobile reste une boîte noire : comment savoir ce qui s’y passe réellement ?

Quant à la crédibilité des géants américains du high-tech (Apple, Microsoft, Google, Facebook), le moins que l’on puisse dire, c’est qu’elle en a pris un coup depuis l’affaire Prism.

  • Alors, quand une société de location de bureaux me demande mon empreinte pour que je puisse accéder au bureau 24/24, en m’assurant que ces données ne sont communiquées à personne, je décline la proposition.
  • Quand Twitter me propose de partager mon carnet d’adresses pour qu’ils regardent si j’ai des amis Twittos, en me promettant qu’ils jettent juste un coup d’oeil puis qu’ils oublient tout, je me méfie.
  • Quand Apple me dit que mes données biométriques resteront stockées dans le téléphone, désolé, je n’ai pas confiance.

Autrement dit, je suis d’accord avec Johannes Caspar, patron de la CNIL allemande, cité par Numerama : « Fournir une spécificité biométrique non-modifiable pour aucune autre raison que parce qu’elle apporte ‘un peu de confort’ dans l’utilisation quotidienne, est et de stupide« 

Le Pen au pouvoir : la menace d’un régime autoritaire (totalitaire ?)

Marine Le Pen
Marine Le Pen – Creative Commons : Marie-Lan Nguyen

Marine Le Pen a déclaré aux Universités d’été du Front National : « je retirerai au Parlement son pouvoir constituant, qui sera désormais l’apanage exclusif du peuple. »

Dans le même temps, Le Monde rappelle qu’une révision des institutions par le Front National mettrait le référendum au centre de tout.

Par quelle voie le « peuple » s’exprimerait-il pour réformer la Constitution ? Probablement par référendum, sur des propositions du Président (de la Présidente).

Et si Madame Le Pen proposait au peuple, au vu de circonstances présentées comme dramatiques, de suspendre la constitution ? Sans aller jusque là, que se passerait-il si, à coup de référendums, elle rognait progressivement les autres prérogatives du parlement, jusqu’à le priver de tout pouvoir réel ? L’article 16 de la Vème République, si souvent critiqué, semblerait de la gnognotte à côté d’un tel virage autoritaire.

Le plaidoyer de Max Gallo pour la renaissance de la nation

Max Gallo
Max Gallo

A lire dans le Figaro du jour (édition abonnés), la tribune de Max Gallo appelant de ses voeux une « renaissance de la nation ».

Morceau choisi :

« Certes nous affirmons encore que notre politique est inspirée des droits de l’homme et respectueuse de la Charte des Nations Unies, mais avons-nous les moyens de faire vivre notre civilisation ? Le voulons-nous, alors que nous nous soucions si peu du destin de notre langue, alors que nous sommes submergés par les puissances qui contrôlent les réseaux de communication et que chacun d’entre nous est suivi à la trace sur Internet ? Ainsi imposent-elles leurs civilisations. »

Google Glass : vous voyez ce que je vois ?

Google GlassAujourd’hui, les services secrets nous écoutent, la chose est entendue. Mais cela reste encore limité aux conversations électroniques. Bon, d’accord, ils peuvent aussi accéder facilement à notre courrier postal. Mais grâce à la merveilleuse invention des lunettes à réalité augmentée, c’est notre vie privée qui risque d’être encore diminuée. Demain, très facilement, les services secrets pourront voir ce que vous voyez. Et toujours avoir un oeil sur vous.

 

Voilée et libre

Femme voilée, hijab
Femme voilée. Source : (CC) HENG FU MING

Une jeune femme voilée, portant le hijab, voile couvrant uniquement la tête, est sortie d’une Autolib, à quelques pas de moi. D’un geste, elle a salué légèrement la personne qui la conduisait, avant de s’éloigner. Comme elle partait, j’ai pu lire le slogan d’Autolib, étalé sur les portières : « libre comme l’air ». Cette coïncidence m’a interpelé. En France, on a plutôt coutume de lire ou d’entendre que le voile est une prison pour les femmes. Des personnes bien intentionnées s’insurgent, poussent des cris d’orfraie, et leur indignation retombe aussi vite qu’elle s’est levée. Pour ma part, je considère qu’il faut garder de la mesure. Je n’ai pas de mal à imaginer qu’une femme puisse être libre dans sa tête, tout en étant voilée. Je ne parle pas des voiles intégraux, souvent noirs, qui transforment les femmes en ombres. Mais que le hijab, parfois très joli et féminin au demeurant, puisse être l’expression d’une liberté, je le conçois. Etre libre ne consiste pas à vivre sans foi ni loi : une telle vie est au contraire la certitude d’être aliéné aux circonstances du temps, aux modes, au capitalisme et à la société de consommations dévorants.
En regardant le fin tissu qui couvrait les cheveux de cette jeune femme dynamique et gaie, je me suis dit que oui, elle pouvait être voilée et libre comme l’air.