Archives pour l'étiquette ANI

Toujours plus de social : faux-nez du libéralisme le plus cruel ?

vintage poster poor relation

A partir du 1er janvier 2016, toutes les entreprises devront proposer à leurs salariés une complémentaire santé collective, dès le 1er salarié. C’est l’ANI (Accord National Interprofessionnel). Formidable pour les salariés, à première vue. Mais ça l’est moins pour les chefs d’entreprise.

Les chefs d’entreprise y réfléchissent déjà à deux fois avant d’embaucher. Grevé par les charges, le coût d’un salarié peut rapidement s’avérer exorbitant pour une TPE, alors même que le salaire disponible pour le salarié reste faible. Qui plus est, il est difficile de licencier, et l’embauche d’un premier salarié en CDI est plus qu’une prise de risque, une gageure.

Et voici maintenant, avec l’ANI, que va s’ajouter une nouvelle contrainte administrative et financière. Où est le choc de simplification promis par le Président de la République ?

Cette mesure vient bien plutôt compléter l’arsenal de dissuasion législatif contre l’emploi. En tant qu’entrepreneur, elle constitue pour moi un frein supplémentaire à l’embauche. Elle me donne une raison supplémentaire de faire appel à des prestataires, indépendants, freelances et auto-entrepreneurs, beaucoup plus souples.

Alors, le toujours mieux-disant social est-il une si bonne nouvelle pour les salariés ? Il conduit plutôt les petits patrons à trouver des solutions alternatives à l’embauche. Ils sont amenés à travailler avec une myriade de travailleurs indépendants précaires, eux-mêmes lourdement pénalisés par les charges sociales du RSI. Et quand ils embauchent, ils préfèrent évidemment les contrats CDD.

A vouloir ainsi imposer toujours plus de social, le gouvernement ne fait donc qu’encourager toujours plus de précarité, chez les petits patrons, les salariés en CDD, les travailleurs indépendants.

Ces derniers se retrouvent acculés à accepter des conditions de travail déplorables (salaires de misère, bradage de leur savoir-faire pour décrocher des missions). Autrement dit, ils « vendent » leur force de travail à vil prix, s’ils ne veulent pas se retrouver au chômage, ou vivre au crochet de l’aide sociale.

Est-ce vraiment un idéal de société ?