Archives pour l'étiquette science-fiction

Mon regard sur… « L’homme invisible »

Billet invitéL’Homme invisible est un roman du grand écrivain anglais Herbert George Wells, alias H.G. Wells.

H.G. Wells est né à Bromley en 1866 dans une famille pauvre. Il réussit, suite à de nombreux efforts, à poursuivre ses études. Il passe brillamment une licence de sciences, donne des leçons et écrit quelques articles. Il connut le succès en 1895 avec son premier roman de science-fiction, La machine à explorer le temps. Plus tard, il écrira plusieurs livres philosophiques et politiques. Wells croit en l’avenir de l’Homme, à la science et au progrès. Son décès a lieu à Londres après la seconde Guerre Mondiale, en 1946.

L'homme invisibleLe héros du roman est un homme, « invisible », sans que le lecteur ne sache pourquoi (il le découvrira vers la fin du livre). Il vit des aventures dans différents villages et commet des actions hors-la-loi en profitant de son avantage. Quand il discute avec des gens, il leur cache son secret en se dissimulant dans une tenue qui le couvre entièrement. Ses interlocuteurs sont étonnés voire particulièrement effrayés.

Dans ce livre, j’ai surtout aimé les moments d’action, que j’ai trouvés captivants. En revanche, j’ai moins aimé les descriptions (même si elles sont essentielles à la compréhension du livre). Je trouve que les descriptions sont légèrement trop longues et je pense que certaines sont … euh… inutiles.

(Mes avis sont personnels, il est donc possible que vous aimiez ou non d’autres passages que les miens)

Ce livre m’a fait réfléchir. J’ai appris que, si l’on possède de quelconques avantages, il ne faut pas les utiliser à mauvais escient.

Surrogates (clones) ou la vie rêvée du corps

SurrogatesLe 28 octobre 2009 est sorti sur les écrans français Surrogates (dont le titre a été maladroitement adapté en français par Clones), film tiré de la série de comic books éponyme. L’action se passe en 2017 (2054 dans les livres). Dans ce futur pas si lointain, les individus restent chez eux jour et nuit ; ils travaillent, s’amusent, passent du temps avec les autres par l’intermédiaire de robots humanoïdes qu’ils pilotent par la pensée. Un vaste marché s’est organisé autour de cette technologie, dominé par une seule entreprise. L’intrigue se concentre sur l’enquête menée par un détective, Harvey Greer, au sujet de la destruction en pleine ville de plusieurs « clones » à l’aide d’une arme spéciale. De manière incompréhensible, cette destruction s’est accompagnée de la mort simultanée de leur « opérateur» (leur propriétaire). Le fabricant des clones essaie d’étouffer l’affaire, l’un de ses arguments commerciaux étant de permettre aux acheteurs de ses machines de vivre une vie extraordinaire « dans le confort et la sécurité de leur domicile », c’est-à-dire sans aucun risque.

Dans cette civilisation, les corps humains sont singulièrement absents : ce sont des machines qui se déplacent, se parlent, se touchent, font l’amour ensemble, téléguidées par leurs propriétaires à qui ils transmettent toutes leurs sensations. Pourtant, paradoxalement, il n’est question que du corps, qui brillant par son absence, en devient obsédant. Singulière vision du corps que celle que nous propose le film…Mais c’est bien celle qui se prépare dans les bureaux d’études et qui est en train d’être théorisée par tout un courant de pensée.

Le corps, source de tous les risques

En 2017, si les clones ont rencontré un tel engouement de la part des consommateurs, c’est en particulier parce qu’ils permettent de vivre « en toute sécurité ». A notre époque à nous, nous prenons des risques sitôt que nous mettons le nez dehors. Et si la solution était de ne plus sortir de chez soi ? Cela ne suffit pas car dès lors que l’on se lève, on est à la merci des faux pas de l’existence, le premier écueil étant de se lever du pied gauche ! Grâce aux clones, il n’est même plus besoin de se lever. Il suffit de rester allongé, des lunettes spéciales posées sur ses yeux fermés, pour voir tout ce que son clone voit, entendre et sentir tout ce qu’il entend et sent, et pour le contrôler. Dans cette conception, le corps est le maillon faible de la personne humaine, celui par lequel elle est vulnérable, la porte ouverte à tous les accidents, par laquelle la mort peut s’engouffrer à tout instant.

Le corps, objet de toutes les précautions

Parmi tous les avatars que peut prendre la personne (car rien n’empêche d’avoir plusieurs clones, comme on a plusieurs paires de chaussures), le corps est le plus vulnérable et en même temps le plus précieux. Il est le réceptacle de toutes les sensations transmises par les clones. Hors du corps, point de plaisir, même si les protagonistes du film vivent en permanence hors d’eux mêmes dans des machines. Le corps est donc un fardeau indispensable, dont on se passerait bien, mais que l’on entretien quand même a minima. C’est ce qu’illustre la scène dans laquelle Greer, allongé dans son fauteuil, pilote son clone pour lui apporter un verre d’eau.

Continuer la lecture de Surrogates (clones) ou la vie rêvée du corps