Archives pour l'étiquette transport

Soirée trop arrosée ? Les chauffeurs Didi se plient en quatre pour vous raccompagner

Si la Chine reste en retrait sur les innovations purement techniques sur l’Internet (du moins si l’on en croit Pony Ma, PDG de Tencent), sa créativité en matière de services ne laisse pas d’étonner. Aux côtés de la distribution, le domaine de la mobilité urbaine est l’un des plus novateurs. Ainsi, Didi Chuxing, connue notamment pour son service de VTC ou encore pour sa flotte de vélos en free-floating, propose un service bien pratique après un repas un peu trop arrosé.

L’application vous permet de commander un chauffeur qui va vous raccompagner chez vous au volant de votre voiture. Contrairement aux chauffeurs de VTC, ces chauffeurs un peu particuliers utilisent des vélos électriques pliables pour se rendre sur le lieu de rendez-vous.

Le chauffeur Didi pose fièrement à côté de sa monture
Le chauffeur Didi pose fièrement à côté de sa monture

Comme souvent en Chine, le prestataire se montre extrêmement soigneux.  Avant de ranger son vélo dans le coffre de votre véhicule, il commence par déplier à l’intérieur un drap de protection.

Drap de protection posé dans le coffre par le chauffeur Didi avant de ranger son vélo
Drap de protection posé dans le coffre par le chauffeur Didi avant de ranger son vélo

En un tour de main, le chauffeur plie et range le vélo dans le coffre.

Le vélo électrique du chauffeur Didi plié dans le coffre de la voiture
Le vélo électrique du chauffeur Didi plié dans le coffre de la voiture

Avant de s’installer à la place du conducteur, le chauffeur Didi déploie un drap sur le fauteuil pour ne pas salir.

Le chauffeur Didi recouvre le siège conducteur d'un drap avant de s'installer
Le chauffeur Didi recouvre le siège conducteur d’un drap avant de s’installer

La dernière fois que mon épouse et moi avons eu recours à ce service, il nous en a coûté 70 RMB (un peu moins de 10 euros), pour un trajet d’une vingtaine de kilomètres la nuit. Ce tarif modéré est accessible aux classes moyennes chinoises.

Une fois sa mission accomplie, le chauffeur récupère son vélo et va à la rencontre de son prochain client.

Mission accomplie ! Le chauffeur Didi repart sur son vélo électrique
Mission accomplie ! Le chauffeur Didi repart sur son vélo électrique

Un tel service serait-il envisageable en France ? Le coût du travail étant ce qu’il est dans l’Hexagone, rien n’est moins sûr. Il serait en effet bien compliqué, chez nous, de fixer un tarif suffisamment bas pour que le service soit accessible au consommateur et suffisamment haut pour permettre à la fois aux chauffeurs de vivre et à la société éditrice du service de dégager un profit. Et puis je ne suis pas sûr que les candidats prêts à parcourir des dizaines de kilomètres entre deux courses, à vélo – fût-il électrique -, la nuit, pour un salaire modique, se bousculeraient au portillon.

Après le Hollandais volant, le (bus) chinois volant

Si vous n’avez pas de chance, sur les mers, vous risquez de croiser le Hollandais volant :

« Les marins de toutes les nations croient à l’existence d’un bâtiment hollandais dont l’équipage est condamné par la justice divine, pour crime de pirateries et de cruautés abominables, à errer sur les mers jusqu’à la fin des siècles. On considère sa rencontre comme un funeste présage. »

(Collin de Plancy, Dictionnaire infernal, seconde édition, P. Mellier, Paris, 1844, p. 322, cité par Wikipédia)

En revanche, si tout se passe bien, vous aurez peut-être bientôt la chance de croiser à Pékin des bus volants. Il faut savoir que les embouteillages dans la capitale chinoise ont pris des dimensions considérables. Des ingénieurs chinois ont eu l’idée de créer un bus circulant en hauteur, pouvant transporter un grand nombre de passagers et ne ralentissant pas la circulation car les autres véhicules peuvent passer sous lui.

Ce projet, qui va effectivement voir le jour, témoigne de l’inventivité des Chinois en matière de transport. C’est là un des grands avantages du développement de ce pays : la Chine met sur le marché des bataillons complets d’ingénieurs chaque année, statistiquement il y a de fortes chances pour que de nombreuses innovations en résultent.

Beaucoup plus fumeuse, l’idée d’un train qui ne s’arrête jamais, a sans doute moins de chance de voir le jour.

Peng Yu-LunLe taïwanais Peng Yu-lun est à l’origine de ce concept : le train porte sur son toit une navette. A l’approche d’une station, les voyageurs souhaitant descendre la rejoignent. Pendant ce temps, en gare, une autre navette à l’arrêt accueille les passagers voulant monter dans le train. Celui-ci arrive alors à la station sans s’arrêter mais en ralentissant. La navette qui était en gare est alors arrimée sur le toit du train qui l’emmène, la navette qui était sur le train est elle décrochée et s’arrête doucement en gare.

Le principal avantage du système serait un gain d’énergie, les accélérations faisant suite aux arrêts étant très gourmandes en électricité. Seul hic : le concepteur ignore encore comment procéder à l’arrimage et au décrochage des navettes. Bref, une belle idée, mais verra t-elle le jour ?